menu

close

Contactez-nous sur : contact-cofeb@bceao.int
Téléphone : 00 221 33 839 05 00

Webinar

Le Centre Ouest Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) a organisé, le 30 septembre 2021, une conférence-actualité en ligne, via la plate-forme Zoom, sur le thème « Soutenabilité de la dette publique et relance des économies de l'UEMOA dans un contexte de crise ». 

Cette conférence a été animée par Monsieur Bassambié Franck BATIONO, Directeur Général de l'Economie et de la Monnaie de la BCEAO. Elle était placée sous la présidence de Monsieur Ousmane SAMBA MAMADOU, Directeur Général du COFEB, qui en a également assuré la modération. 

Ont pris part à cette rencontre virtuelle, outre les agents de la BCEAO, les auditeurs et alumni du COFEB, les universitaires, les représentants de banques centrales, de banques et établissements financiers, de systèmes financiers décentralisés, de l'Agence UMOA-Titres ainsi que des administrations économiques et financières des Etats membres de l'Union. 

L'objectif était d'amener le public à mieux appréhender la problématique de la soutenabilité de la dette publique surtout dans un contexte de crise. Il visait également à lui permettre d'échanger sur la nécessité de concilier les besoins de financement issus de la pandémie de la COVID-19 avec la préservation de la soutenabilité de la dette publique. 

Dans son mot introductif, Monsieur SAMBA MAMADOU, après avoir remercié les participants au nom du Gouverneur de la BCEAO a indiqué que la question de la dette publique a toujours suscité l'intérêt des économistes. Il a rappelé que le débat sur l'endettement public a été ravivé suite à la crise financière de 2008 et surtout avec la pandémie de la COVID-19 qui a mis en exergue d'une part, l'impératif des actions de soutien à l'économie pour y faire face et, d'autre part, l’importance des politiques de relance économique post-crise. Aussi, cette rencontre a-t-elle été programmée pour apporter des éclairages sur la situation des économies de l'UEMOA.

Prenant la parole, Monsieur BATIONO a précisé que les besoins de financement importants des pays africains s'expliquent par la faiblesse du taux de pression fiscale, la baisse de l'aide publique au développement ainsi que l'accroissement des dépenses publiques. Le conférencier a ajouté que ces besoins se sont accrus avec la pandémie de la COVID-19. Il a, cependant, précisé qu'en dépit de la croissance de la dette publique, le taux d'endettement est resté dans des proportions relativement acceptables dans les pays de l'UEMOA, à un niveau  inférieur à celui des pays avancés. 

Il a également révélé que ce recours à l'endettement leur a permis d’enregistrer des progrès socio-économiques considérables, notamment une augmentation régulière du revenu par tête d’habitant, une baisse du taux de pauvreté et une amélioration des résultats en matière d’éducation et de santé.

Poursuivant son propos, Monsieur BATIONO a indiqué que la survenue de la crise de la COVID-19 a fortement affecté les économies de l'UEMOA. Aussi, les actions de relance programmées par les Etats nécessitent-elles davantage un recours à l’endettement intérieur et extérieur. Pour cela, il a énuméré les initiatives menées par la BCEAO depuis le début de la crise ainsi que les initiatives extérieures. Il a également relevé que l’endettement des Etats est appelé à se poursuivre pour financer les dépenses stratégiques de développement. Cette situation suscite des interrogations quant à la compatibilité entre la stratégie d’endettement des Etats et la soutenabilité de leur dette. 

Aussi, a-t-il terminé son exposé en présentant des actions préventives qui devraient permettre aux Etats de satisfaire leurs besoins de financement tout en préservant la viabilité de la dette publique. Il a également ajouté que l'endettement est un processus normal pour toute économie et que le principal défi est une utilisation efficiente des ressources mobilisées.

En remarques conclusives, le Directeur Général du COFEB a relevé que la dette des pays de l'UEMOA ne semble pas soulever de préoccupations, eu égard à l'analyse de sa soutenabilité et aux normes de convergences de l'Union. L'endettement public apparaît de plus en plus incontournable compte tenu de la baisse tendancielle de l'aide publique extérieure et des impératifs de développement des pays. D'où le recours accru à la dette commerciale, en particulier les euro-bonds.

Face à la pandémie de la COVID-19, les initiatives lancées par la BCEAO et les institutions multilatérales ont permis à ces pays de financer les programmes de lutte contre la crise et de relance économique tout en maîtrisant la soutenabilité de leurs dettes, les ressources ayant été mises à leur disposition à des taux nuls ou très faibles. Les pays de l'UEMOA disposent encore de marge en termes de soutenabilité de la dette publique mais celle-ci reste faible. En outre, les recettes fiscales ont connu une baisse significative au cours de cette période. Dès lors, l'enjeu pour ces pays demeure l'amélioration de la performance fiscale afin de consolider cette marge ainsi que l'efficacité des dépenses publiques. Monsieur SAMBA MAMADOU a terminé en exprimant ses remerciements à tous les participants.

Soyez les premiers à être informés

Contactez-nous sur : contact-cofeb@bceao.int
Téléphone : 00 221 33 839 05 00